Stérilité et avortement : la preuve russe