Reculade du gouvernement sur la loi 34 au Québec

PDF versionPDF version

Le Collège des médecins du Québec a déposé mardi matin ses recommandations sur les conditions de pratique de l'avortement dans les cliniques.

Le président et directeur général du Collège, le Dr Yves Lamontagne, demande ainsi au gouvernement du Québec de soustraire l'interruption volontaire de grossesse (IVG) de l'application des normes restrictives contenues dans la loi 34.

Même si le Dr Lamontagne précise que les avortements devraient être réalisés dans une salle spéciale, le Collège estime qu'elle ne devrait pas être soumise aux même critères qu'une salle d'opération en centre hospitalier.

Le gouvernement du Québec a annoncé mardi que la pratique de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) ne serait pas soumise aux nouvelles normes imposées aux cliniques privées par la loi 34.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, vivement critiqué dans ce dossier, a décidé comme prévu de se plier aux recommandations du Collège des médecins.

Devant le tollé soulevé par les nouvelles directives, le ministre Bolduc avait déjà indiqué qu'il n'était pas question de restreindre l'accessibilité à l'IVG.

Sources : Radio Canada via Yahoo!, Radio Canada via Yahoo! (2),