Pour le Cameroun, "l'avortement est un meurtre"

PDF versionPDF version

La Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW) va se tenir bientôt à Genève. Cet organe des Nations Unies enquête sur huit pays dont le Cameroun et a envoyé des questionnaires portant notamment sur l’avortement. Le CEDAW s’est vu répondre par le  Cameroun que «l’avortement est un meurtre». Cet organe controversé est accusé de faire pressions sur les pays pour rendre les législations sur l’avortement plus libérales, alors qu’il n’est censé que donner des avis.

 

Le Cameroun a ainsi déclaré que l’avortement « est montré comme une liberté, sans mentionner que cette liberté exercée par la femme se fait au détriment de celle de l’enfant ». La réponse inclus aussi les risques physiques liés à l’avortement, le Cameroun se refusant à tout avortement qui ne serait pas fait dans le but de sauver la vie de la mère. Dans sa réponse acide, le Cameroun a aussi demandé à la convention de « penser un moment à l’angoisse de nombreux couples qui n’ont pas d’enfants ; de penser aux milliers d’hommes et de femmes qui, malgré leur existence matérielle confortable désirent désespérément avoir un enfant ». le comité doit aussi étudier la situation de l’Arménie, de l’Allemagne, du Gatemala, de Haïti, de la Libye et du Rouanda.

 

Source : LifeSiteNews