grande-bretagne

Le nombre de grossesses d'adolescentes explose en Angleterre

L'histoire d'Alfie Patten, père à 13 ans révèle en fait un vrai problème de société en Angleterre. Le nombre de grossesses d'adolescentes explose. Et le nombre d'avortements suit. Le nombre d'adolescente multipliant les avortements a en effet lui-aussi explosé.

Sondage auprès des médecins britanniques sur l'avortement

Un nouveau sondage sur les médecins britanniques montre qu'un tiers refuse de participer à un avortement tardif (au-delà de 18-20 semaines de grossesse), alors que l'avortement est légal jusqu'à la 24e semaine en Angleterre, après un échec d'une loi visant à faire baisser ce délai à 20 ou 22 semaines. Ainsi, 42% des médecins sondés sont favorables à une réduction du délai légal, et 11% le voudraient à 15 semaines.

Angleterre : explosion du nombre d’adolescentes multipliant les avortements

En Grande-Bretagne, une étude menée par des scientifiques de l’université de Nottingham indique que le nombre d’avortements réalisés sur des adolescentes ayant déjà avorté au moins une fois a augmenté de 68 % depuis 1991.

Par deux fois elle refuse d'avorter, l'enfant lui donne raison

Le gouvernement Britannique censure les chiffres de l'avortement tardif

Tentative de légalisation en Irlande du Nord étouffée dans l'oeuf

Grande Bretagne : vers une modification de la loi sur l'avortement ?

Les statistiques de l'avortement en Angleterre tombent

Les statistiques de l'avortement en Angleterre pour 2007, pays de Galles inclu, révélées par le ministère de la santé viennent de tomber. Le nombre total d'avortement est en ausse de 2,5%, passant de 193.700 en 2006 à 198.500 en 2007. En 1969, le nombre était de 50.000. Le taux d'avortement parmis les femmes en âge de procréer passe ainsi de 18,3 pour mille à 18,6. Un taux qui monte à un niveau préoccupant pour les femmes de 19 ans : 36 pour mille.

Un avortement en Angleterre est un heureux échec

Jodie Percival et son fils FinleyUne mère anglaise de 25 ans avait déjà perdu son premier enfant, mort-né. Son second, né grand prématuré, a été affecté par une maladie génétique sérieuse : il n'a aujourd'hui qu'un seul rein. C'est pourquoi, à huit semaines de grossesse, elle et son mari ont décidé d'avorter de leur troisième enfant, conçu malgré la contraception de sa mère. Un avortement, de peur que l'enfant n'hérite lui aussi d'une terrible maladie.

Réduction du délai légal : les députés anglais votent contre

Nadine Dorries loi pour la réduction du délai d'avortementMardi soir, les députés ont rejeté à 304 votes contre 233 une série de propositions visant à raccourcir le délai légal pour l'avortement, à présent de 24 semaines, à 22, 20 ou 16 semaines du député Nadine Dorries (photo ci-contre). Il s'agissait du premier débat sur l'avortement depuis 18 ans dans ce pays. La limite avait déjà été réduite en 1990 de 28 à 24 semaines.

Syndicate content