adoption

Paradoxe français : on avorte mais tout est bon pour avoir des enfants

C'est juste « une proposition ». Mais elle lance véritablement le débat, à un an de la révision des lois de bioéthique qui interdisent, depuis 1994, la gestation pour autrui en France. La commission sénatoriale chargée d'y réfléchir s'est déclarée, hier, favorable à sa légalisation. Des sénateurs de droite et de gauche dessinent pour la première fois ce que pourrait être, demain, la pratique légale des « mères porteuses » dans l'Hexagone.

Assistance médicale à la procréation et adoption : les chiffres

Une enquête de l'Ined (Institut national d'études démographiques) en collaboration avec l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) fait le point sur l'assistance médicale à la procréation (AMP).

Syndicate content